Pour un duel Mélenchon-Sarkozy !

Photo de S. Burlot (placeaupeuple2012.fr)

L’échéance du premier tour approche. Déjà, le moment est venu. Nous allons chacun, en âme et conscience, prendre nos responsabilités de citoyens éclairés et déposer dans l’urne le bulletin qui devra décider de l’avenir de notre pays. L’heure va sonner et je l’affirme, au Front de Gauche, nous n’avons pas peur de gagner. Souvent, nous l’avons vu dans l’histoire, notamment dans le sport, porter par le destin, s’approchant du sacre, du moment rêvé, à la dernière seconde, on se retrouve paralysé par l’idée de la dégustation prochaine du butin du succès. Alors, la peur nous étrangle et même le plus grand des champions chute sur la dernière marche. Ce ne sera pas notre cas. Nous sommes trop affamés par les chantiers à mener et la construction réelle de nos rêves. Quand je prends le temps de m’asseoir et d’imaginer le travail que nous allons devoir mener pour enclencher ce mouvement irrésistible vers cette société meilleure, j’en perds mon latin. Mais je ressens une excitation. L’humain se guide et trouve la force dans la folie. C’est elle qui a entrainé certains à prendre autrefois des navires en bois et en toiles pour s’aventurer vers l’inconnue et la découverte de Nouveaux Mondes. La folie, l’utopie et l’idéal et donc le rêve sont en profondeurs de notre projet. C’est, parce qu’ils sont grands et ambitieux qu’ils deviennent réalistes. Car l’humain, face à l’ambition incroyable, se sublime et collectivement se met au travail avec une force incommensurable. Jouer petit, c’est la meilleure solution d’échouer et de reculer. Jouer gros, c’est la plus grande assurance de victoire. L’histoire nous en a apporté la preuve. 

 

Photo de S. Burlot (placeaupeuple2012.fr)

Nous n’avons pas peur de gagner. Mais, ne nous le cachons pas, il existe des victoires plus belles que d’autres. On peut remporter un succès par l’échec de son adversaire. La gloire et la joie ne sont alors pas là. C’est notamment le cas des socialistes lors des échéances locales depuis 2002. On peut également, face à l’immuable logique, face au « champion sur le papier », se battre et venir inverser l’ordre des choses. Ordre qui n’en était finalement pas un. Déjà, dans l’antiquité, on glorifiait la victoire d’un David contre un Goliath. Il y a une grandeur dans le succès du petit, du faible, du malvenu. Je suis gourmand, j’aimerais que Mélenchon remporte l’élection, mais surtout qu’il le fasse avec classe. Et, dans le jeu démocratique, la « classe », c’est la confrontation de deux projets profondément antagonistes. Le débat du second tour doit permettre, aux citoyens, d’avoir le choix entre la continuité et l’alternative. Je dis bien alternative et non pas alternance. La nuance est notable, un monde sépare ces deux termes. Je vous demande de vous poser cette question. La démocratie, est-ce le choix de celui qui trône ou bien la direction vers laquelle le sceptre pointe ? Je n’ai pas envie que cette élection soit finalement un délit de sale gueule. Je souhaite, profondément et viscéralement, que l’on choisisse le monde dans lequel chacun désire vivre. 

Photo de Alex Clark

En toute logique, pour moi, le plus beau des duels, la finale rêvée, ce serait une confrontation entre Sarkozy et Mélenchon. Je vous explique pourquoi. Loin de moi l’idée de considérer que le projet de Hollande ne vaut rien. Il est juste, selon mon analyse strictement personnelle, un catalogue. Une addition de propositions qui ne s’articulent pas entre elles. On ne réussit pas à dégager le fil doré de l’histoire dedans. Ainsi, cela en devient une sorte de château de cartes. Dans une telle architecture bancale, un roi peut remplacer à loisir un as, ceci ne change en rien la solidité de l’édifice. Le vent suffira toujours pour le faire s’écrouler. Un projet, pour moi, au contraire, c’est un programme où chaque décision appelle l’autre. C’est un équilibre parfait qui se dégage à la suite de postulations initiales, ce qu’on peut appeler les valeurs et les rêves. Ainsi dans le programme « l’humain d’abord » du FdG, chaque proposition vient consolider l’autre pour amener l’égalité, la solidarité et la vie au centre de l’action publique et de l’organisation de l’économie. Le SMIC à 1700 euros est viable uniquement grâce à l’écart du salaire maximum et à la bifurcation écologique permise par la planification écologique. Un tout, un monde, voila ce qu’est un projet alternatif. 

 

Photo de l'UMP

Sarkozy, admettons-le, en porte un autre. Ses postulats et ses convictions sont différents. Il croit que la somme des intérêts privés permet de dégager l’intérêt général. Il croit que l’action individuelle s’additionne pour organiser le monde. Il veut qu’une main invisible se guide par le bon sens individuel. C’est ses convictions. En démocratie, il a le droit d’y croire. Il construit donc son projet autour : Banque de la jeunesse pour faciliter l’initiative privée, valorisation de l’action individuelle, suppression des mécanismes de solidarité et de régulation, qui, dans sa logique, ne sont que des freins et des chaines pour cette main invisible. Il propose un autre monde que Mélenchon. 

 

Deux mondes antagonistes, deux hommes politiques qui y croient, cela nous offrirait absolument un beau débat. Chaque Français et Française se retrouvera alors dans l’obligation de se questionner. Impossible d’y échapper. Nous devrons alors chercher en chacun de nous ce que l’on considère de beau dans l’action humaine. La solidarité et la collaboration ou l’initiative individuelle ? La vie ou le compte en banque?… Alors, après cet exercice vivifiant d’introspection, la majorité du peuple pourra faire connaitre, le 6 mai, ses choix de valeurs et donc la route à emprunter pour les dégager dans la réalité. Collectivement, par le choix majoritaire, le contrat social sera alors redéfini. Ainsi, nous ne voterons pas simplement pour un nom, mais pour un monde. Nous voterons pour des rêves. Nous voterons pour une réalité. 

Le livre Une année derrière mélenchon

Une réflexion sur “Pour un duel Mélenchon-Sarkozy !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s